Appeler à l'hôtel de ville 450 534-2021 Demandes en ligne

Retour

C’est le moment de s’exprimer sur le futur de la municipalité

9 novembre 2015 // Communiqué

Bromont, 10 novembre 2015 – Les citoyens peuvent, depuis le lundi 9 novembre, consulter la version préliminaire du plan d’urbanisme qui découle notamment d’une rencontre citoyenne qui s’est tenue il y a maintenant un an. Toute la population a maintenant jusqu’au 15 décembre pour s’exprimer et transmettre des commentaires sur cette première version.

Le tout est présenté publiquement afin de permettre aux gens de réagir et de faire des suggestions avant l’adoption du plan et des règlements prévue en 2016. Cette consultation n’est pas obligatoire par la Loi. Elle est en continuité avec l’approche du Plan de développement durable adopté en 2012 et la volonté du conseil de consulter les citoyens sur le futur de la municipalité.

Le nouveau plan d’urbanisme découle donc d’un engagement du Plan de développement durable mais aussi de l’intégration de Bromont au schéma d’aménagement de la MRC Brome-Missisquoi. Le conseil municipal de la Ville de Bromont ne souhaitait pas se limiter au simple exercice de concordance au schéma requis par la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme et profite de l’occasion pour réviser complètement son plan d’urbanisme, datant de 2004, et l’adapter aux nouvelles réalités.

Le plan d’urbanisme de la Ville de Bromont suggère une nouvelle approche innovante pour la gestion du territoire inspirée du Nouvel urbanisme développé aux États-Unis. Ainsi, une compréhension plus fine du paysage et de la structure urbaine de la ville a guidé l’identification d’ «aires de paysage» auxquelles se rattachent des normes de lotissement et d’urbanisme. Aussi, plusieurs interventions sont identifiées dans le plan sous une «stratégie réglementaire».

Dans de cadre de l’exercice de refonte du plan d’urbanisme, la Ville de Bromont a prévu accueillir 3 000 nouvelles portes dans les 15 prochaines années. Le périmètre d’urbanisation a été identifié par la MRC Brome-Missisquoi dans le cadre de l’intégration au schéma et selon des orientations du gouvernement du Québec pour la gestion de l’urbanisation applicable à l’ensemble des municipalités. Ce périmètre a été défini selon la capacité actuelle du réseau des infrastructures et le potentiel pour le développement futur de ce réseau. De plus, le ministère des Affaires municipales et Occupation du territoire a demandé à toutes les municipalités de la MRC Brome-Missisquoi d’identifier les zones prioritaires pour le développement.

Or, Bromont a l’opportunité, comparativement à plusieurs autres municipalités, d’avoir plusieurs terrains encore disponibles pour du développement, en zone blanche. Il fallait ainsi choisir des terrains parmi ceux disponibles, ce que le plan tente de faire. Ainsi, les 3000 portes représentent davantage une capacité d’accueil pour des nouvelles résidences. Il est difficile de connaître exactement le comportement du marché immobilier au cours des 15 prochaines années, toutefois la Ville aura planifié leur accueil. De ce fait, les 3000 portes représentent un maximum d’environ 200 nouvelles unités par année, ce qui est comparable aux performances des dernières années. À titre comparatif, 126 nouvelles portes ont été ajoutées en 2014 et on estime l’équivalent pour 2015.

Lors de la rencontre de novembre 2014, les citoyens ont exprimé une volonté de concentrer la prochaine vague de développement autour des noyaux villageois du secteur d’Adamsville et de la rue Sheffford ainsi que dans les projets existants. C’est ce qui a guidé le choix des terrains prioritaires à développer. Ainsi, le plan a prévu de développer les terrains à proximité des services municipaux existants avant de développer ailleurs sur le territoire. Les secteurs priorisés sont ainsi des terrains vacants près des noyaux villageois et les terrains près du Parc scientifique Bromont.

La version préliminaire du plan d’urbanisme indique aussi le souhait de la Ville de densifier, ce qui est souvent mal perçu et peu répandu dans les municipalités champêtres. Toutefois, le plan d’urbanisme a identifié des niveaux de densité pour les terrains vacants qui sont connus des Bromontois, avec des projets comme Rive-Gauche, Carré des Pins ou les nouveaux projets comme le Faubourg 1792.

Le dernier plan d’urbanisme aura permis aux Bromontois d’avoir comme héritage, entre autres, la réfection de la rue Shefford, incluant l’enfouissement des fils. Le prochain plan d’urbanisme prévoit deux projets majeurs comparables, soit:

  • la reconfiguration du boulevard de Bromont pour rendre plus sécuritaire et fonctionnelle l’artère touristique principale de la ville
  • la mise en valeur des terrains du Parc scientifique Bromont pour continuer le développement de ce pôle d’emploi et créer de la nouvelle richesse foncière

La version préliminaire du plan d’urbanisme prévoit des investissements de 55 millions $ dans les 15 prochaines années en réfection ou construction d’infrastructures. Un des objectifs d’un plan d’urbanisme est de planifier les besoins des divers réseaux municipaux en lien avec le développement pour protéger la qualité de vie des citoyens et l’environnement, tout en assurant une prospérité économique de la collectivité. Le travail effectué dans la dernière année a impliqué des experts en fiscalité municipale pour s’assurer que le scénario retenu serait le plus rentable pour les citoyens. Or, un scénario sans nouveau développement résidentiel était le scénario qui présentait le plus d’impacts au niveau fiscal pour les Bromontois.

En effet, le développement permet de réduire la charge fiscale des citoyens actuels car plusieurs des investissements prévus sont requis avec ou sans croissance de la richesse foncière. Bien que le développement requière des investissements, il est toutefois primordial d’évaluer les coûts-bénéfices en lien avec ceux-ci et les stratégies pour les financer, incluant la part assumée par les promoteurs des nouveaux projets résidentiels.

Les élus souhaitent que les citoyens s’impliquent dans cette démarche qu’ils ont voulue participative à toutes les étapes en prenant connaissance de la version préliminaire du plan et à réagir en transmettant des commentaires. Cette étape de la démarche est définitivement le meilleur moment pour s’exprimer sur le futur de la municipalité.

-30-

Source:

Jean-François L. Vachon
Directeur de l’urbanisme, de la planification et du développement durable
450 534-2021

Catherine Page
Responsable des communications
450 531-4663

Nouvelles récemment publiées

Voir toutes les nouvelles