Appeler à l'hôtel de ville 450 534-2021 Demandes en ligne

Retour

COVID-19 ZONE orange (déplacements, recommandations, Halloween)

19 octobre 2020 // Communiqué

Niveau d’alerte en Estrie

Le Palier 3 – Alerte modérée introduit des mesures additionnelles en ciblant certains secteurs d’activité et milieux où le risque de transmission est jugé plus élevé.

Ces secteurs font l’objet de restrictions, d’interdictions ou de fermetures de façon sélective.

L’atteinte du palier orange correspond à la mise en place des mesures suivantes :

  • Rassemblements privés à l’intérieur ou à l’extérieur : Maximum de 6 personnes OU 2 familles (donc 2 familles acceptées même si plus de 6 personnes)
  • Activités organisées dans un lieu public : Un maximum de 25 personnes à l’intérieur et à l’extérieur est permis;
  • Bars, brasseries, tavernes, casinos : Maximum de 6 personnes par table, fin de la vente d’alcool et de nourriture à 23 h, fermeture à minuit, obligation de la tenue d’un registre de la clientèle des bars;
  • Restaurants : Maximum de 6 personnes par table, fin de la vente d’alcool à 23 h, fin de la consommation d’alcool à minuit;
  • Commerces : 1 personne par ménage recommandée, services de livraison et aide des proches privilégiés pour les personnes à risque élevé de complications
  • Déplacements interrégionaux : Non recommandés
  • CHSLD : Visites à des fins humanitaires seulement, visites des proches aidants apportant une aide significative.

Source: Santé Estrie

Collecte de bonbons à l’Halloween

Pour ne pas favoriser de rassemblements, toutes les activités traditionnellement organisées par la Ville de Bromont ne se tiendront pas en 2020(Manoir hanté, fermeture partielle de la rue Shefford, etc.)

À surveiller, un concours de maisons décorées pour être une ville animée malgré les circonstances.

Voici les consignes sanitaires qui encadreront les célébrations de la fête de l’Halloween, le 31 octobre prochain, dans le contexte de la pandémie de la COVID-19. Sur recommandation de la Santé publique, les activités de collecte de bonbons de maison en maison seront autorisées, à condition de respecter quelques conditions pour réduire les risques de transmission de la COVID-19 :

  1. Les enfants – et leurs parents, pour les plus jeunes – devront circuler uniquement en compagnie des membres de leur maisonnée ;
  2. Dans la mesure du possible, les enfants devront récolter les bonbons et friandises placés à un endroit situé à 2 mètres des occupants de la maison visitée ;
  3. En aucun cas les enfants ne devront entrer dans des maisons.

Ces trois conditions sont les principales, mais d’autres devront être suivies lors de la collecte. Notons que :

  • les personnes qui présentent des symptômes de la COVID-19 ou qui sont en isolement ne doivent pas participer ;
  • le circuit de collecte de bonbons devra se limiter au quartier entourant le domicile des participants. Les municipalités sont invitées à assurer la fluidité de la circulation sur les trottoirs, par exemple en indiquant le sens de la circulation ;
  • les personnes devront toujours respecter la distance de 2 mètres avec les autres, porter un couvre-visage et s’abstenir de chanter ou de crier devant les personnes chez qui elles se rendent ;
  • le lavage des mains est recommandé avant le départ et au retour à la maison.

Aucun « partys » ni rassemblement privé ne sera toléré

Il sera par ailleurs strictement interdit de faire des « partys » ou des rassemblements privés d’Halloween. Cette année, l’Halloween sera réservée aux enfants qui vont de porte en porte.

Les autorités de santé publique ont indiqué que les risques associés à l’Halloween sont considérés comme faibles, en raison du fait que les enfants circulent à l’extérieur, et ce, pendant une période relativement courte, allant d’une à trois heures. Il est à noter que le risque le plus important quant à l’Halloween demeure la déclinaison de cette fête pour les adultes, dans le cadre de rassemblements souvent privés et impliquant la consommation d’alcool.

Rappelons que les rassemblements font déjà l’objet d’une interdiction dans les régions au niveau d’alerte maximale (rouge), alors qu’ils doivent se limiter à 6 personnes dans les régions au palier d’alerte orange et à 10 personnes dans les régions en préalerte (jaune).

Certaines mesures pourraient être prolongées au-delà du 28 octobre

Il très probable que certaines mesures annoncées au cours des dernières semaines soient prolongées au-delà du 28 octobre, selon l’évolution de la situation épidémiologique au Québec.

COVID-19 déplacements interrégionaux

Les déplacements interrégionaux ne sont pas recommandés mais la Ville de Bromont ne peut pas l’interdire. Il est recommandé d’éviter les contacts sociaux en dehors des bulles familiales.

Des barrages routiers seront en place pour sensibiliser la population en ce qui a trait des consignes en lien avec la COVID-19.

Si cette recommandation n’est pas respectée, voici les règles pour les habitants des zones rouges en zone orange:

  • Déplacements interrégionaux Non recommandé mais pas interdit
  • Commerces : il serait respectueux et fortement recommandé de faire l’épicerie et acheter les produits de base, incluant les médicaments avant de changer de région
  • Bars, brasseries : Interdit de se rendre dans un restaurant ou dans un bar. Tout ce qui est interdit en zone rouge est interdit en zone orange pour les habitants des zones rouges
  • Activités extérieures dans un lieu public: dans les sentiers, ils sont autorisés pour la même bulle familiale. Il faut s’assurer de demeurer à 2 mètres de distance des autres randonneurs d’une autre bulle familiale. Si ce n’est pas possible s’assurer la distance de 2 mètres, il faut avoir un masque pour les risques de contacts aux belvédères et aux points achalandés.
  • Visite : Visites interdites entre bulles familiales comme en zone rouge. La cour arrière ou terrain : mêmes règles qu’à l’intérieur donc seulement la bulle familiale.

Pour les propriétaires de résidences secondaires et location d’une zone rouge dans une zone orange:

Permis d’une personne seulement pour ces situations:

  • Soins de santé à domicile
  • Sécurité
  • Soins personnels et esthétiques
  • Garde d’enfants ou personnes vulnérables de répit, d’aide domestique, d’aide aux activités quotidiennes, de pédagogie ou d’éducation
  • Service d’entretien, de réparation ou de rénovation résidentielle
  • À des fins de vente ou de location de la résidence

Voici la mise à jour sur les mesures déployées par le gouvernement du Canada en réaction pour répondre à la COVID-19.

Nouvelle PCU

Ajustée à la réalité des travailleurs et aux nouvelles entreprises cette nouvelle PCU permet de réaliser notre priorité : soutenir la population pour passer à travers la pandémie. Les travailleurs qui ne sont pas admissibles à l’assurance-emploi auront accès au soutien du revenu grâce aux prestations de relance.

Bien que de nombreux Canadiens aient pu récupérer leur emploi et reprendre le travail depuis le début de la pandémie, le gouvernement du Canada reconnaît qu’il reste des travailleurs, au sein d’autres secteurs très durement touchés par la pandémie qui ont toujours besoin de soutien.

Pour cette raison, la vice-première ministre et ministre des Finances, Chrystia Freeland, et la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes handicapées, Carla Qualtrough, ont annoncé aujourd’hui le dépôt du projet de loi C-2, qui vise à instaurer trois nouvelles prestations de relance afin d’aider les Canadiens qui ne sont pas en mesure de travailler pour des raisons liées à la COVID-19. Ces nouvelles prestations sont proposées dans le cadre du plan du gouvernement dont l’objectif consiste à soutenir les Canadiens pendant que nous travaillons à bâtir une économie plus forte et plus résiliente.

Le projet de loi comprend notamment :

  • La Prestation canadienne de la relance économique de 500 $ par semaine pendant un maximum de 26 semaines pour les travailleurs indépendants ou ceux qui ne sont pas admissibles à l’assurance-emploi et qui ont encore besoin d’un soutien du revenu. Cette prestation aidera les Canadiens qui ne sont pas retournés au travail à cause de la COVID-19 ou dont le revenu a été réduit d’au moins 50 %. Ces travailleurs doivent chercher du travail, et en accepter lorsqu’il est raisonnable de le faire.
  • La Prestation canadienne de maladie pour la relance économique de 500 $ par semaine pendant un maximum de deux semaines pour les travailleurs qui sont malades ou qui doivent s’isoler pour des raisons liées à la COVID-19. Cette prestation appuie notre engagement à faire en sorte que tous les Canadiens aient accès à des congés de maladie payés.
  • La Prestation canadienne de la relance économique pour proches aidants de 500 $ par semaine par ménage pendant un maximum de 26 semaines pour les Canadiens admissibles qui sont incapables de travailler parce qu’ils doivent s’occuper d’un enfant de moins de 12 ans ou d’un proche dont l’école, le service de garde ou l’établissement de soins est fermé à cause de la COVID-19. Il en est de même si un enfant ou un proche est malade ou doit être placé en quarantaine.

Les Canadiens pourront présenter des demandes pour les prestations ci-haut jusqu’au 25 septembre 2021.

Pour plus d’informations rendez-vous au : https://www.canada.ca/fr/emploi-developpement-social/nouvelles/2020/09/x4.html

 

 

Nouvelles récemment publiées

Voir toutes les nouvelles

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.