Appeler à l'hôtel de ville 450 534-2021 Demandes en ligne

Retour

Desserte policière Bromont-Lac-Brome : des économies substantielles pouvant atteindre 20 % pour chacune des villes

30 août 2018 // Actualités policières

Lac-Brome, le 30 août 2018 – En ce début de campagne électorale, les villes de Lac-Brome et de Bromont font front commun et rappellent à l’ensemble des candidats se présentant dans Brome-Missisquoi la nécessité de permettre aux deux localités d’être desservie par le même corps policier.

Après plusieurs mois de pourparlers, les deux villes ont trouvé un terrain d’entente. Sachant que la Loi sur la police ne permet pas à une localité de moins de 50 000 habitants d’apporter des changements, elles souhaitent obtenir des partis impliqués dans la course électorale un engagement ferme qui mènera à l’adoption d’un projet de loi d’intérêt privé. Ce projet de desserte policière rejoint par ailleurs intégralement les objectifs des ententes intermunicipales énoncés par le ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire.

D’après les projections, les deux municipalités trouvent leur compte dans ce partenariat : leur facture respective pour les services policiers serait marquée d’une économie pouvant atteindre 20 %.

Sans compter que la Ville de Lac-Brome débourse 324 $/habitant pour se prévaloir des services de la Sûreté du Québec (SQ). C’est l’équivalent de 157 % de plus que le coût moyen (126 $/habitant) payé par les municipalités desservies par la Sûreté du Québec et dont le territoire est limitrophe à un service de police municipal de niveau 1 et 2 (120 municipalités).

Pour le maire de Lac-Brome, Richard Burcombe, un tel scénario comporte des retombées positives à bien des égards. « Pour nous, l’équation est simple et les avantages sont bien tangibles. C’est un modèle économique intéressant qui nous permet de diminuer les coûts, tout en augmentant le service offert à la population. Cela va de soi et c’est une situation qui profite aux deux villes. »

L’adoption du projet de loi 122, qui introduit la notion de gouvernement de proximité, donne plus de latitude aux villes. « Sans critiquer le travail de la SQ, disons que l’occasion est belle de corriger une anomalie », ajoute M. Burcombe.

Louis Villeneuve, maire de Bromont, abonde dans le même sens. « Nous avons l’occasion de faire des économies substantielles, de contrôler nos dépenses, tout en continuant d’offrir un service hors pair à nos citoyens. Pour les Bromontoises et les Bromontois, c’est également une excellente nouvelle. Tous les éléments sont en place pour faire de ce changement un succès, nous n’attendons que le feu vert de Québec. »

Bromont et Lac-Brome, deux villes limitrophes à vocation touristique, ont une richesse foncière élevée, l’un des critères dans le calcul des coûts des services de la SQ pour Lac-Brome. Elles s’étendent sur un total de 323 kilomètres de territoire et comptent respectivement 9499 et 5617 résidents, selon le dernier décret de population du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire.

Jusqu’en 2002, Lac-Brome avait son propre service de police municipal. Elle est depuis desservie par la SQ. Le Service de police de Bromont est en activité depuis la fondation de la ville dans les années 1960.

 

 

— 30 —

 

Source :
Ghyslain Forcier
Responsable des communications
Ville de Lac-Brome
450 243-6111, poste 228
ghyslain.forcier@ville.lac-brome.qc.ca

Catherine Page
Responsable du Bureau des communications et de la ville intelligente
Ville de Bromont
450 534-5038, poste 2235
catherine.page@bromont.com


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nouvelles récemment publiées

Voir toutes les nouvelles