Plantes envahissantes et nuisibles

Certaines plantes sont nuisibles pour la santé humaine ou l'environnement. Apprendre à les identifier est la meilleure façon d'éviter les désagréments liés au contact de ces plantes.

 

Berce du Caucase

La berce du Caucase représente un risque pour la santé et pour la biodiversité. La sève de la berce du Caucase contient des furanocoumarines (ou furocoumarines).Ces toxines causent une affection cutanée appelée phytophotodermatite. Le contact avec les furanocoumarines est indolore. Cependant, ces toxines, lorsqu’elles sont activées par la lumière (rayons ultraviolets), rendent la peau extrêmement sensible au soleil, causant des dommages aux cellules cutanées superficielles. Les phytophotodermatites liées aux furanocoumarines peuvent se développer jusqu’à 48 heures après l’exposition à la sève de la plante. Elles sont caractérisées par des lésions qui ressemblent à des brûlures.

Pour consulter le dépliant sur la berce du Caucase

Pour signaler la présence de cette plante exotique envahissante dans votre environnement, veuillez remplir le formulaire sur le site du gouvernement du Québec.

Renouée du Japon

Renouee du japon

Cette vivace à croissance rapide atteint 2 à 3 m de hauteur pendant l’été. Ses tiges creuses et noueuses sont semblables à celles du bambou, d’où les appellations de bambou japonais ou de bambou mexicain qu’on lui attribue parfois. À la fin de la saison, elle produit des panicules de fleurs blanc crème. De prime abord, ces caractéristiques peuvent séduire le jardinier, mais il ne faut pas se laisser tromper! Cette belle plante figure au palmarès des 100 pires espèces envahissantes de la planète selon l’Union mondiale pour la nature (UICN). Les cultivars au feuillage panaché sont eux aussi envahissants. La renouée du Japon possède des rhizomes qui peuvent s’enfoncer à plus de 2 m de profondeur et s’entendre latéralement sur 7 m! Ces tiges souterraines libèrent des toxines qui empêchent l’établissement d’autres végétaux.

Une nouvelle technique d’élimination mécanique des renouées du Japon rendue possible par l’apparition d’outils puissants et mobiles, comme les godets-cribleurs-concasseurs ou les broyeurs à pierres, est en cours de développement. Elle agit directement sur le rhizome, seul organe à la fois vivace et capable de régénérer la plante.

Méthode

Le procédé consiste à blesser le réseau de rhizomes dans le sol, le rendant ainsi très vulnérable aux microorganismes et à la microfaune du sol, et à empêcher la régénération de la plante pendant toute la période de pourrissement déclenchée par ce concassage, grâce à une couverture provisoire du sol (bâchage). Pour cela, les terres infestées sont décaissées, puis concassées avant d’être recouvertes par une bâche noire totalement opaque à la lumière. Les outils mobiles de concassage des sols présentent un grand intérêt pour accéder aux sites naturels infestés et traiter ainsi les terres sur place, sans besoin de les exporter. Il existe plusieurs types d’outils avec chacun leurs avantages et leurs inconvénients. Des tests ont été effectués avec des godets-concasseurs montés sur des bras de pelleteuses, des broyeurs à pierre tirés par des tracteurs et même des pulvimixers, machines autonomes pour le traitement des sols.

 

Herbes à poux

L’herbe à poux est une plante présente partout. Le pollen, élément allergène, cause le rhume des foins. Les symptômes ressentis par les personnes affectés sont :

  • Asthme allergiqueherbe_poux_grand
  • Conjonctivite
  • Rhinite allergique

Cette plante pousse dans les sols pauvres, annuellement, et meurt lors des gelées de l’automne. Elle est d’une hauteur de 10 cm à 1,5 m. Son feuillage est uniformément de couleur verdâtre, découpé et possèdent trois lobes distincts. Cependant, en période de floraison, les fleurs sont jaunes-verdâtres et sont groupées en épis au sommet de la tige.

Pour éliminer l’herbe à poux, il est recommandé d’arracher manuellement ou tondre cette plante, en période de floraison, à la fin juillet et à la troisième semaine d’août. D’autres moyens efficaces peuvent être utilisés, dont l’utilisation du paillis pour empêcher la pousse de la mauvaise herbe, l’amélioration de la qualité du sol par l’engrais ou le terreau, ainsi que l’ensemencement ou la plantation de végétaux concurrentiels à l’herbe à poux.

Reconnaître et limiter l’herbe à poux